Pas tous et toutes dans le même bateau : les impacts différenciés des désastres en fonction du genre – 11 octobre

0.00$

Date: Jeudi le 11 octobre 2022

Heure: 12h00 à 13h30

Sur Zoom: https://us02web.zoom.us/j/85810147287. Les personnes inscrites recevront un courriel de rappel avec les informations de connexion.

Vous êtes convié·e·s au deuxième webinaire en santé environnementale d’une série.

22 en stock

Catégorie :

Description

Au Québec et au Canada, les communications publiques qui entourent la préparation pour faire face à des désastres tendent à être rédigées de manière « neutre », à l’image de ce qui est relevé dans la littérature sur la gestion des désastres. Or cette neutralité peut avoir des effets délétères sur certains groupes dont les besoins diffèrent de cette norme, masculine notamment (Richter et Flowers, 2010; Rushton et al., 2020). En effet, quelle que soit leur ampleur ou l’endroit où ils surviennent, les désastres se produisent dans des milieux marqués par des rapports de pouvoir et des inégalités sociales. Les expériences d’événements météorologiques extrêmes (EME) sont dès lors modulées par différents facteurs sociaux, comme le genre, l’âge, le handicap, l’assignation raciale / ethnique, le statut migratoire et le statut socio-économique, qui influencent à la fois l’exposition au risque et les ressources pour faire face à ce type d’événement (Enarson et al., 2018; Lammiman, 2019; Luft, 2016; Richter et Flowers, 2010). Ces facteurs interagissent entre eux et avec le risque d’exposition aux aléas pour contribuer à définir la vulnérabilité de différentes populations face aux EME.

Dans le cadre de ce webinaire, je présenterai un aperçu de la gestion des EME au Québec et ailleurs, en lien avec la prise en compte du genre et d’autres facteurs sociaux. Je proposerai ensuite un panorama des impacts différenciés des désastres, notamment en fonction du genre, ce qui permettra de mettre en lumière les limites d’une approche de gestion des désastres « neutre ». Je conclurai avec des pistes de discussion autour de la perspective de rendre audible une pluralité de récits de désastre pour en tenir compte dans la prise en charge des personnes sinistrées et dans les efforts de développement des résiliences individuelles et collectives.

Biographie

Formée en sociologie et études féministes, Typhaine Leclerc a travaillé plusieurs années dans le milieu communautaire à Québec. Comme professionnelle de recherche à l’UQAR et à l’Université Laval, elle a collaboré à des projets en lien avec la santé et le bien-être de différentes populations. Elle a aussi coordonné le Collectif de recherche sur la santé en région (UQAR), de 2017 à 2021.

Typhaine est présentement est candidate au doctorat interdisciplinaire en santé et société à l’UQAM. Son projet de recherche porte sur les récits de femmes touchées par des inondations récurrentes en Beauce, et au potentiel de ces récits pour favoriser le rétablissement et la résilience des personnes et communautés touchées. Sa recherche s’inscrit dans la lignée des approches narratives et féministes et comportera un volet de création de récits numériques.

Typhaine est l’autrice d’un récit paru aux éditions de la Pleine Lune et de plusieurs textes portant sur la parentalité, le deuil et les questions féministes qui ont été publiés en ligne et dans des recueils. Dans ses activités de recherche et de création, elle s’intéresse aux obstacles à la prise de parole des femmes et des personnes appartenant à différents groupes marginalisés, et à l’importance des récits comme outils de changement et de guérison.

Informations complémentaires

Réseautage

Déjà membre + Réseautage, Devenir membre régulière + Réseautage, Devenir membre solidaire + Réseautage