L’intervention par le sport et le plein air à visée écosociale: un levier pour renouer avec la Nature ou nouveau fardeau féminin? – 7 novembre

0.00$

Date: Jeudi le 7 novembre 2022

Heure: 12h00 à 13h30

Sur Zoom: https://us02web.zoom.us/u/kuWpFAy8r . Les personnes inscrites recevront un courriel de rappel avec les informations de connexion.

Vous êtes convié·e·s au troisième webinaire en santé environnementale d’une série.

Lors de ce webinaire, vous ferez la connaissance de Emmanuelle Larocque, travailleuse sociale et candidate au doctorat, École de service social, Université d’Ottawa. 

44 en stock

Catégorie :

Description

Objectifs

Alors que les bienfaits psychosociaux de l’Intervention par la Nature et l’Aventure (INA) et de l’intervention par le sport sont déjà bien documentés (Gargano, 2020; Moreau et coll., 2018), leurs potentialités au niveau du développement d’une relation équilibrée avec l’environnement naturel sont peu étudiées. Ce webinaire vise à mettre en exergue les mécanismes selon lesquels la relation à la Nature peut se renouer au sein de programmes d’intervention par le sport et le plein air et ainsi modifier le rapport à la santé et au bien-être. Une réflexion critique sera de mise afin de discuter des enjeux de genre relatifs aux injonctions possibles de ces programmes (tant pour les intervenantes que les participantes) et à la charge environnementale et morale qui risque de s’imposer surtout aux femmes dans cette volonté de développer une relation réciproque à la Nature.

Problématique et description

La crise climatique représente un enjeu central pour le travail social, une discipline qui place la justice sociale et la santé des populations au cœur de sa mission. Malgré l’appel à l’action lancée il y longtemps (Dominelli, 2012), cette discipline ne fait que commencer à renouveler ses pratiques à l’aune des injustices écologiques et environnementales. En effet, le travail écosocial (Boetto, 2017) ou travail social environnemental (Gray, Coates and Hetherington, 2013) est doté d’outils conceptuels qui méritent d’être étudiés pour réorienter progressivement l’intervention sociale vers des pratiques dite écocentriques et contribuant à la transition sociale-écologique transformatrice (Boetto, 2019; Huntjens, 2021).

Ce webinaire présente des résultats d’une recherche-intervention visant à comprendre les mécanismes qui favorisent le développement d’un lien autre à la Nature et à la santé. Ainsi, notre analyse inductive indique que les concepts de ralentissement (Rosa, 2019), d’attachement au lieu (Willis, 2011) et de réciprocité (Kimmerer, 2013) représentent des leviers importants pour repenser la relation au vivant. Cette recherche empirique a aussi permis de prendre conscience des obstacles épistémologiques et de certains enjeux sous-jacents à l’écologisation des pratiques en travail social, dont le risque de reléguer au second plan les inégalités sociales et de genre qui peuvent découler des initiatives de transition sociale-écologique.

Les questions suivantes serviront à animer la réflexion et à engendrer une discussion:

  • Quel est l’apport de l’intervention par le sport et le plein-air pour renouer le lien à la Nature et augmenter la santé globale des femmes?
  • Au revers des bienfaits de ces programmes sur la santé humaine et planétaire, comment l’écologisation des pratiques sociales peuvent-elles représenter un risque pour la santé globale des femmes et pour l’équité?
  • Enfin, est-ce que l’écologisation des approches en travail social risque de reproduire ou de créer des inégalités de genre, surtout en ce qui a trait à la charge environnementale et à la mise en œuvre d’un rapport solidaire au vivant?

Formatrice

Emmanuelle Larocque, M.S.S., T.S.I., PhD (c.)

Travailleuse sociale et doctorante en service social à l’Université d’Ottawa, Emmanuelle Larocque a travaillé dans le domaine de la santé mentale pendant plus de 20 ans. Interpellée par les approches collaboratives et alternatives, son parcours l’a amené à travailler et étudier en Nouvelle-Zélande pour se spécialiser en approche narrative. Elle est aussi détentrice d’une certification professionnelle en yoga thérapeutique. Son travail dans le milieu de santé communautaire lui a permis de créer et d’offrir des programmes novateurs intégrant yoga, thérapie narrative et intervention par la nature pour des personnes aux prises avec des troubles de santé mentale ou maladies chroniques.

Depuis 2012, Emmanuelle est co-propriétaire d’une entreprise privée situé au cœur de la Forêt Larose (Le Centre Mana, Limoges, Ontario) où se juxtaposent des services psychothérapeutiques, écoéducatifs et récréatifs : location et réparation de vélos, services de co-réparation de vélos, activités scolaires et corporatives et programmes d’intervention par le sport et le plein-air. Engagée dans la lutte pour le climat, cette mère de deux jeunes enfants est aussi militante écologiste avec le mouvement Mères au Front et membre fondatrice de la Coalition pour l’action climatique des Comtés Unis de Prescott-Russell (maintenant associé à Eco-East). Sa thèse doctorale vise à étudier les récits de transition sociale-écologique ainsi que les processus de construction du rapport à la Nature par le biais de l’intervention écosociale par le sport et le plein-air.

Informations complémentaires

Réseautage

Déjà membre + Réseautage, Devenir membre régulière + Réseautage, Devenir membre solidaire + Réseautage